Les Ateliers des Tanneurs

Histoire & dates clés

Le centre d’entreprises est installé dans le Palais du Vin  et  le  Merchie-Pède , mosaïque de bâtiments de la fin du 19ème siècle et avant 1930. Dédiés au négoce de vin et aux grands magasins textiles, ils sont représentatifs de l’activité commerciale prospère du quartier, au siècle passé.

1892

Ernest Catteau, propriétaire des établissements Brias et Compagnie décide d’installer son entreprise rue des Tanneurs en plein cœur des Marolles, quartier en pleine effervescence.
Il rachète les bâtiments de la première boulangerie moderne de l’époque et y installe son entreprise qui fournit notamment la Cour en pâtisseries, vins, liqueurs, chocolats…

1900

Les magasins Merchie-Pède, lancés par la famille du même nom, se développent au tournant des années 1900.
Précurseurs des grandes surfaces modernes, l’enseigne Merchie-Pède est tout à fait novatrice pour l’époque : le client et le vendeur évoluent chacun librement dans le magasin, qui devient un lieu de plaisir, avec son magnifique tearoom installée au dernier étage.

1914

La Première Guerre mondiale et ensuite la Deuxième Guerre mondiale vont porter un coup important à la dynamique économique et commerciale du quartier.
Les grands magasins Merchie-Pède font face à des difficultés et peinent à surmonter le contexte économique difficile notamment pour le commerce du textile.

1934

Les entrepôts Brias et Cie sont rebaptisés “Palais du Vin”.
En 1909, l’architecte F. Symons conçoit une façade d’inspiration Art nouveau, décorée de sgraffites évocateurs des grands centres vinicoles européens. L’activité de négoce de vins prospère et devient le Palais du Vin, entreprise de référence pour la vente du Vin en Belgique.

1956

“Merchie-Pède” dépose son bilan en 1956.
Longtemps inoccupés, les locaux seront mis en vente publique en 1978. Ils serviront d’entrepôts pour le Palais du Vin jusqu’en 1996 puis seront un temps occupés par un collectif d’artistes, avant d’être rachetés par le CPAS de Bruxelles.

1996

L’abandon du Palais du Vin et son rachat par le CPAS de Bruxelles.
Les activités du groupe prennent un essor fulgurant, passant d’un peu plus de deux millions de bouteilles vendues en 1970 à 11 millions en 1987. Les activités seront délocalisées en 1996 dans un nouvel édifice à proximité du canal de Bruxelles.

Les Ateliers des Tanneurs

L’ensemble architectural composé du Palais du Vin et du Merchie-Pède a été rénové par l’architecte Christophe Gillis du bureau OZON Architecture scrl. Cette vaste rénovation a conduit au développement de trois fonctions complémentaires dans cette partie d’îlot: logements, social et économique.

Visiter le bâtiment

chiffres clés

Ce vaste complexe de plus de 9000m² attire un vaste public très varié
5.300m² sont réservés à l’hébergement d’entreprises:.
Les 52 entreprises présentes génèrent près de 300 emplois,.
Les halles événementielles et salles de réunion ont accueilli près de 10.000 personnes en 2016.
Le marché bio attire à lui seul, plus de 7.000 visiteurs par semaine.
Le restaurant La Cantine est également un pôle d’attraction tous les midis

Chiffres clés

Rénovation

1996-2005 : le site reprend vie
Du lancement des travaux à la réalisation du projet
En 1996 Le CPAS de Bruxelles rachète le Palais du Vin et les bâtiments voisins, les anciens magasins Merchie-Pède.
La rénovation de ce complexe fait l’objet d’un concours architectural en 1998, remporté par le bureau d’architecture Gillis-Ozon.
En mars 2001: Le gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale décide de classer les façades et les éléments architecturaux les plus remarquables du complexe.
Fin 2002: Les travaux démarreront officiellement. Cet important projet se déroule en deux phases, la rénovation de l’ancien Palais du Vin, d’abord, pour y accueillir le centre d’entreprises des Ateliers des Tanneurs; ensuite la rénovation des anciens grands magasins Merchie-Pède, constitués de commerces au rez-de chaussée, de logements aux étages, des lieux de production et des salles polyvalentes dans les anciennes halles.

Patrimoine historique et besoins contemporains
La réorganisation générale du bâtiment se devait de respecter la richesse patrimoniale tout en l’adaptant aux contraintes d’utilisation des futurs occupants.
Les auteurs du projet ont veillé à respecter au mieux les qualités spatiales des bâtiments historiques et leur charge symbolique. Le projet architectural, dès sa proposition initiale, lors du concours architectural en 1998, a ainsi développé quatre options génératrices:
Mise en valeur du patrimoine industriel
Aération du site
Mixité urbaine
Dialogue entre le patrimoine ancien et l’architecture contemporaine